Views
3 years ago

Inspiration 01/2016 fr

  • Text
  • Montagne
  • Chaussures
  • Sommet
  • Neige
  • Chaussure
  • Faire
  • Contre
  • Trois
  • Carte
  • Poids

INFOs FREERIDE LAC DES

INFOs FREERIDE LAC DES QUATRE-CANTONS Située sur le versant nord des Alpes, la région du lac des Quatre-Cantons bénéficie de fortes précipitations, surtout lors du passage de dépressions venant du nord-ouest – du moins sur les hauteurs. Et lorsqu’il fait suffisamment froid, avec un peu de chance, il est possible de descendre jusqu’au lac. Avec son télésiège fonctionnant sur demande, le Haldigrat compte parmi les stations de ski les plus étonnantes. Le ski autrement : le sauveur du Haldigrat Kurt Mathis au travail. ACCÈS Rigi : sur l’A4, prendre la sortie Goldau et suivre la station de téléphérique de Kräbel, à Rigi Scheidegg. Haldigrat : sur l’A2 en direction de Lucerne, prendre la sortie Stans- Süd vers Engelberg/Dallenwil/Ennetbürgen jusqu’au téléphérique Dallenwil-Niederrickenbach. Monter en téléphérique (tous les jours de 7h00 à 12h00 et de 13h10 à 18h40, toutes les demi-heures) jusqu’à Niederrickenbach, depuis la station supérieure, suivre à pied le chemin forestier pendant env. 30 minutes jusqu’au télésiège de Haldigrat. Beckenried : sur l’A2 en direction de Lucerne, suivre le Gothard jusqu’à la sortie Beckenried. Bon plan 16 DOMAINES SKIABLES Haldigrat (1’230 m – 1’937 m), tél. 079 224 78 85 Beckenried (436 m – 2’001 m), tél. 041 624 66 00 Rigi (759 m – 1’656 m), tél. 041 397 00 07 WEB Haldigrat, www.haldigrat.ch Beckenried, www.klewenalp.ch Rigi, www.rigi.com HÉBERGEMENT/RESTAURATION Haldigrat : auberge de montagne Haldigrat, tél. 041 628 22 60 ou 079 705 52 44 Klewenalp : nombreux hébergements et cabanes de montagne sur la Klewenalp, de l’hôtel à la cabane avec dortoir. www.klewenalp.ch, dans la vallée, hébergement à Beckenried, tél. 041 620 31 70, www.tourismus-beckenried.ch. Rigi : auberge de montagne Rigi- Scheidegg, tél. 041 828 14 75, www.rigi-scheidegg.ch infernal et le voyage dans le temps commence. Au sommet, Pascal, qui nous attend dans un petit réduit en bois, nous salue. Il nous avait observés depuis un écran de caméra vidéo. Il note nos prénoms sur un bloc-notes à carreaux, encaisse 20 francs par personne et fait un trait derrière nos noms. « La prochaine montée est comprise, nous dit-il. Pour les montées suivantes, vous devrez à nouveau payer. » Lorsque nous descendons, nous voyons un homme, avec une barbe et un chapeau de chasseur, en train de souffler des nuages de poudreuse dans le ciel bleu du matin avec une fraiseuse. « Je suis Kurt », se présente-t-il. Kurt est la « Haldigrat AG ». Il est Lieu de pèlerinage : Maria-Rickenbach est le point de départ pour les deux jeunes freeriders du Haldigrat. également responsable du zéro manquant derrière le 55 à la station aval. Mais il est surtout responsable du fait que l’installation, qui longe l’arête menant à la principale épaule montagneuse du Brisen, culminant à 2’404 mètres, soit encore en service. Le télésiège date des années 1960, tout comme le restaurant panoramique au sommet de la station. Après avoir été en service pendant quelques décennies, l’installation cessa de faire recette et fut considérée comme un gouffre financier. La station de ski de Haldigrat comportant une seule remontée mécanique était condamnée à mort. En 1996, l’exploitation a cessé ses activités. Jusqu’alors, Kurt Mathis possédait une entreprise de crépi à Wolfenschiessen, non loin de là, et aimait bien venir skier à Haldigrat pendant son temps libre. La liquidation et la suppression de l’installation était prévue pour l’été 2002. Kurt était rongé par l’idée de ne plus jamais pouvoir aller skier à Haldigrat. Il décida alors de racheter l’intégralité des actions. Depuis, le télésiège fonctionne à nouveau. Pour économiser de l’argent et obtenir une concession cantonale, il a drastiquement réduit sa capacité : trois sièges en haut, trois sièges en bas et une caisse

NAVIS II BLACK CROWS pour le transport. Cela doit suffire. Une véritable curiosité. Ce faisant, Kurt a bouleversé tous les principes de l’économie de marché. Pourtant, ce concept peu conventionnel fonctionne. Cela lui a permis de se faire un nom dans la petite communauté freeride. En effet, contrairement à Engelberg ou à Andermatt, aucun risque que les pentes recouvertes de neige fraîche soient prises d’assaut par des hordes de freeriders après seulement quelques heures. Pour des virages souples dans la poudreuse. Le Navis II est un ski de freeride offrant une tenue optimale, tant à haute vitesse que dans les passages étroits. Il maîtrise sans difficulté les conditions d’enneigement changeantes grâce à un rocker à l’arrière et à un cambre classique au patin. Son talon relevé et droit aux bords arrondis augmente le plaisir sur neige molle et révèle les talents alpins du ski sur neige dure. Sa construction en sandwich avec noyau en bois et les carres en ABS lui procurent agilité et accroche. Virages dans la poudreuse et vue imprenable La neige est toujours vierge lorsque Jürg entreprend ses premiers virages dans la pente sommitale, qui offre une vue imprenable sur Lucerne et le lac des Quatre-Cantons. Bien que la station supérieure se situe tout juste à 2’000 mètres, la neige garde longtemps sa consistance poudreuse sur les versants nord. La rumeur affirmant que ces flancs à la déclivité idéale de 30 à 35 degrés offrent un plaisir sans limite s’est même répandue jusqu’à Engelberg. Par mauvais temps, lorsque les meilleurs runs y sont impraticables, il arrive que des files d’attente se forment au bas du télésiège du Haldigrat. Si tel est le cas, il reste toujours des alternatives, par exemple une petite excursion sur le Brisen, sur le Steinalper Jochli ou en direction de Risetenstock, situé à l’est. « Le Haldigrat n’est plus vraiment un secret, explique Jürg. Mais il y a encore des jours où l’on peut y être pratiquement seul. » Il arrive régulièrement que le télésiège ne fonctionne que le week-end. En effet, pour Kurt, il s’agit d’un hobby. Cependant, les jours de semaine où les conditions sont particulièrement bonnes, il se montre généreux envers les freeriders et laisse même le télésiège en service sur demande. Jürg a pris note du numéro de mobile affiché en bas de la station. L’hiver sera encore long. De toute façon, Kurt n’a pas défini de fin de saison officielle. « Fonctionnement hivernal : de novembre à juin, si les conditions sont bonnes », indique-t-il sur son site Internet. TEXTE ET PHOTOS : CHRISTIAN PENNING x Poids : 3’850 g (179 cm) x Prix : CHF 699.- KINGPIN 13 MARKER Fixation de randonnée freeride à inserts certifiée TÜV. Enfilage aisé grâce aux points de guidage ajustables individuellement. Un large schéma de perçage, une butée avant équipée de six ressorts et le XXL Power Transmitter garantissent une transmission constante de la force vers la chaussure. La cale de montée à deux niveaux est facilement ajustable avec la pointe du bâton et réglable sur 7° ou 13°. Il est possible de passer du mode montée au mode descente sans devoir déchausser. x Poids : 1’460 g/ la paire x Prix : CHF 559.- RISE PRO 34+ DEUTER Pour ceux qui voient les choses en grand. Le plus dans le nom de ce sac à dos alpin trahit ce qui s’y cache : beaucoup de place pour y ranger l’équipement indispensable pour un week-end de randonnée à ski, nuitée comprise. La pelle et la sonde peuvent être glissées dans le compartiment avant. La fixation renforcée permet d’attacher un snowboard, des skis ou des raquettes. La fermeture éclair en forme de U tout autour de la partie dorsale rembourrée facilite l’accès au compartiment principal. Bon plan 17 x Poids : 1’700 g x Prix : CHF 179.-

Français

Proposition de sorti 02.2018 - Freeride autour d’Airolo Neve polverosa nel sud !
Proposition de sorti 01.2018 - Recette glacée et verticale

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport