Views
3 years ago

Inspiration 01/2016 fr

  • Text
  • Montagne
  • Chaussures
  • Sommet
  • Neige
  • Chaussure
  • Faire
  • Contre
  • Trois
  • Carte
  • Poids

Rencontre au sommet

Rencontre au sommet Rétrécissement : « Cette fois nous avons eu de la chance, après une nuit inconfortable dans les gorges, nous avons trouvé un étroit passage qui conduisait dans la vallée principale ». Région de l’Aconcagua / Argentine. ce n’est qu’à partir de là qu’ils ont eu accès à d’importantes informations. Et concernant la langue : « Nous n’aurions jamais pu découvrir comment les autochtones appelaient leurs localités – cela leur a en outre permis de s’identifier avec la carte. » Au Kilimandjaro aussi, une rencontre a été décisive : alors que les deux Suisses étaient en train de délibérer dans un café sur le moyen d’éviter de payer cent dollars pour chaque jour passé dans le parc, un homme à la table voisine les a abordés. John travaillait pour une entreprise de trekking locale – il était un grand fan de GPS et avait déjà recueilli de nombreuses données au sujet du Kilimandjaro, mais ne savait pas comment les exploiter. Sandra Greulich sourit. « Il disait qu’il attendait depuis longtemps de rencontrer des cartographes : nous arrivions à point nommé. » Le deal a été rapidement conclu : John leur donnait ses données GPS tandis que les deux professionnels se chargeraient de rassembler les chemins manquants avec le meilleur guide de l’agence de John avant d’élaborer la carte, qu’ils mettraient ensuite à la disposition de John. « Il aurait été difficile de faire mieux – parfois, il suffit de faire confiance au hasard », conclut Sandra. Une annonce contre un mulet L’élaboration de cartes nationales est un hobby particulièrement prenant. « Pour chaque carte, j’ai déclaré qu’il s’agissait de la dernière – maintenant, je ne le dis plus. » dit Sandra en riant. De nouvelles idées sont déjà en cours de discussion « et dès que l’une d’elles se concrétise, le rythme s’accélère ». Dans le cas de Sandra, cela signifie environ une année. Pour qu’une carte arrive sur le marché, il faut en effet plus que du papier, des crayons et un ordinateur. L’entreprise « climbing-map.com GmbH » est une mini-maison d’édition, avec tout ce que cela implique. Pourtant, ni l’un ni l’autre n’est particulièrement à l’aise avec le marketing. Les six cartes peuvent donc presque être considérées comme des trésors cachés. Les principaux acheteurs sont deux maisons d’édition dédiées aux voyages, l’une établie en Belgique et l’autre en Angleterre. Les recettes permettent aux deux cartographes de financer leurs voyages – le travail n’est toutefois pas rémunéré. « Autrefois, nous échangions des prestations contre des prestations, par exemple une annonce publicitaire contre un mulet pour porter nos bagages », raconte Sandra. Mais ils ne souhaitent plus imprimer d’annonces sur leurs cartes, « cela peut aussi présenter des désavantages, en particulier lorsque des agences de voyage tombent sur des concurrents. » Du papier pour une vue d’ensemble La curiosité est le principal moteur de Sandra. Plutôt modeste, elle préfère parler de son travail que de sa vie privée. Elle voit les récompenses comme quelque chose d’immatériel : « Bien sûr, nous sommes heureux lorsque nous vendons une carte ». Pourtant, elle est flattée lorsque les gens prennent en photo leurs cartes accrochées aux murs des cabanes de montagne et s’orientent avec leur appareil photo. Les cartes de « climbing-map » ne sont disponibles qu’au format papier. Combien de temps trouvera-t-on encore des cartes imprimées ? « Elles ne disparaîtront pas de sitôt », répond Sandra, qui se déplace en permanence avec une carte imprimée, un GPS et l’application swisstopo. « Seul le papier offre une véritable vue d’ensemble. » Cette alpiniste chevronnée prend toutes ses décisions en fonction de la situation : le temps change, le versant là-bas a l’air plus praticable, les conditions sont réunies – allons-y. « La voie normale m’intéresse peu » déclare-t-elle en souriant. 22 Texte : Mia Hofmann Photos : Manu Friederich, màd

* Période de l’action du 25 avril au 11 mai 2016 Coupe-vent, déperlante et aussi légère qu’une pomme. Schöffel Everywear Superlite. Veste homme WINDBREAKER JACKET M | coupe-vent ultralégère peu encombrante Aussi disponible en version dame. * Je suis sorti.

Français

Proposition de sorti 02.2018 - Freeride autour d’Airolo Neve polverosa nel sud !
Proposition de sorti 01.2018 - Recette glacée et verticale

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport