Views
4 years ago

Inspiration 02/2016 fr

  • Text
  • Montagne
  • Poids
  • Tentes
  • Rebekka
  • Voies
  • Saucisses
  • Prix
  • Bonne
  • Puis
  • Chaussures

Croix sommitale du

Croix sommitale du Bietschhorn – le soleil matinal réchauffe les courageux de ses rayons. BON PLAN 18 donne la chair de poule mais avant de pouvoir réfléchir j’arrive en haut. L’ascension n’est pas encore terminée à la croix sommitale, c’est seulement au sommet suivant que se trouve le point culminant. La vue panoramique s’étend à l’infini. Du Monte Leone au Mont Blanc, une ronde de sommets éblouissants au-dessus de la vallée du Rhône. À nos pieds, à l’ouest, les restes minables du glacier de Bietsch surplombé de montagnes désertiques. Quel contraste ! Au nord, le Doldenhorn et la Blüemlisalp s’élèvent au-dessus du vaste plateau du Petersgrat tel le dos d’un reptile ridé. Plus à l’est se déploie une orgie de sommets d’où émergent la Jungfrau et le Aletschhorn. Je suis subjugué, comme autrefois le Bernois cofondateur du Club Alpin Suisse, Edmund von Fellenberg, qui arriva au sommet la première fois par l’arête ouest le 19 août 1867, en compagnie de guides locaux mais aussi de Grindelwald, et qui s’exclama : « La vue est la plus imposante que les Alpes ont à présenter. Je ne crois pas qu’il existe un autre sommet aussi dépourvu de voisins tel le Bietschhorn et qui offre une telle vue sur les Alpes bernoises et toute la chaîne valaisanne. » Leslie Stephen a eu moins de chance. « Les faces raides se perdirent des deux côtés dans des nuages bouillonnants qui nous cachèrent la vue. » Mais il savait que « selon le topoguide de Ball, la vue depuis le Bietschhorn est la plus sublime de toutes les Alpes. » Dopés par la somptuosité des montagnes, nous entamons la descente sur l’arête ouest et donc sur les traces de Fellenberg. Il décrivit cette arête comme étant très délitée. Nous nous tenons donc toujours sur son faîte, là où la roche est relativement compacte. Mais plus bas, nous devons nous rabattre dans la face sud où des éboulis glissants rendent la progression très délicate. Des blocs dégringolent sans cesse dans le vide. Du coup je comprends Egon qui préfère de loin l’arête nord. Les pieds sur le glacier de Bietsch, les éboulis sont enfin derrière nous. Mais la partie la plus épuisante vient encore. Les muscles sont fatigués et la descente dans le Lötschental est longue si l’on ne s’arrête pas à la Bietschhornhütte. Quand nous passons, elle est

ORTOVOX PIZ BADILE W PANTS Ce pantalon Softshell pour la haute montagne combine du Cordura très résistant à l’abrasion, de la laine mérinos régulatrice de température et du lycra hautement élastique. Extensible jusqu’à 20 %, le pantalon suit chaque mouvement. Pour garantir une perméabilité à la vapeur d’eau maximale, les Piz Badile Pants ne sont pas équipés d’une membrane. Leur protection contre les intempéries se limite à une imprégnation de surface durablement déperlante. La taille peut être ajustée au moyen de velcros et le bas des jambes dispose de cordons de serrage élastiques. La zone des malléoles est renforcée pour éviter l’usure et un crochet permet d’arrimer le bas des pantalons au laçage de la chaussure comme pour une guêtre. Les trois poches à fermeture éclair permettent de stocker de manière sûre les petits objets. Particularité : l’extérieur de la poche sur la cuisse est en laine feutrée. x Poids : 326 g (M) x Prix : CHF 239.- PETZL VASAK II LEVERLOCK UNIVERSAL en hibernation – dommage. Depuis sa construction en 1881 la cabane est restée dans son état d’origine. Elle est gardiennée par Anni Imstepf, une gérante très engagée qui s’est vu décerner le « Prix Wilderness » en 2004 par Mountain Wilderness. Lorsque nous arrivons enfin à Ried, notre squelette a encaissé 2500 mètres de descente. L’hôtel Nest- und Bietschhorn, à côté de l’arrêt de bus, adoucit à merveille l’attente du car postal. Des pionniers se sont immortalisés dans le livre d’or, dont Meta Brevoort, première femme au sommet du Bietschhorn en septembre 1871, accompagnée de son neveu W.A.B. Coolidge. Elle fut contrainte de publier son récit sur la troisième ascension du Bietschhorn sous le nom de son neveu dans la revue du British Alpine Club, une organisation exclusivement masculine à cette époque. La chienne Tschingel qui accompagna Meta sur de nombreuses ascensions fut par contre déclarée membre honoraire. TEXTE ET PHOTOS : IRIS KÜRSCHNER Pour l’alpinisme classique et pour les courses sur glacier : les crampons légers Vasak II Leverlock Universal sont équipés de 12 pointes et sont parfaits pour les faces raides et les couloirs. L’orientation horizontale des dents avant facilite la marche sur neige dure. Très pratique : le système « Antisnow » qui évite que la neige ne colle sous les crampons. Le Vasak est disponible avec l’avant soit à lanières, soit à fil, l’arrière avec une talonnière. Ils sont donc compatibles avec les chaussures semi-cramponnables ou cramponnables, comme les chaussures d’alpinisme et de ski. x Poids : 875 g x Prix : CHF 159.- BLACK DIAMOND MISSION 35 Pour les missions dans les Alpes : le sac à dos de Black Diamond est réalisé en nylon 420 deniers particulièrement résistant à la déchirure et à l’abrasion. Des poches spéciales sur le devant permettent de fixer les crampons et les piolets. Une manchette sous le rabat et des sangles rétractables sur les côtés permettent de fixer la corde. Détail bien pensé : les bretelles reliées ensemble suivent les mouvements des bras et du haut du corps et permettent d’équilibrer la répartition du poids. Le système dorsal s’adapte à la forme du corps. Pour ceux qui comptent chaque gramme, la ceinture lombaire, le rabat et la plaque dorsale sont amovibles. x Poids : 1630 g (taille M/L) x Prix : CHF 169.- BON PLAN 19

Français

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport