Views
3 years ago

Inspiration 02/2017 fr

  • Text
  • Montagne
  • Softshell
  • Inspiration
  • Veste
  • Produits
  • Poids
  • Prix
  • Toujours
  • Brun
  • Faire

BON PLAN MONT BLANC

BON PLAN MONT BLANC L’arête Kuffner comporte aussi quelques passages de mixte. Pas de problème pour Tom Höck. Devant un café au Cafe Nacional visiblement anglophone, nous discutons de la préparation des jours à venir. Ensemble nous voulons parcourir quelques-unes des grandes arêtes de la région. Et elles ne manquent pas. Leur concentration n’est égalée dans aucun autre massif des Alpes : les arêtes Kuffner, Rochefort, Teufel ou Peuterey sont des noms que tous les alpinistes connaissent et qu’un frisson sublime parcourt lorsqu’ils les prononcent. Nous discutons maintenant sur comment nous rapprocher de tous ces magnifiques objectifs. Mon casque cabossé et le sang séché de mon écorchure aux sourcils sont sans appel : faire demi-tour était la bonne décision. Selon les saisons, d’immenses crevasses s’ouvrent dans le Cirque Maudit. Cela n’impressionne guère le Grand Capucin en arrière plan. En route pour le bivouac en contrebas de l’arête du diable. À L’ÉCART DES ARÊTES USÉES PAR LE PASSAGE La possibilité A est certainement de prendre le téléphérique de l’Aiguille du Midi : de se retrouver à 3842 m en 15 minutes puis de nous joindre à la file de l’arête des Cosmiques… une petite odeur de vomi nous monte au nez ! Nous décidons de tenter une autre possibilité qui nous mènera demain dans la partie sud-ouest du Mont Blanc : le val Montjoie. La zone sud-ouest du massif passe pour une des parties les plus sauvages. Elle est dépourvue de remontées mécaniques permettant de s’approcher des géants. Péniblement, pas après pas, de la sueur dans les yeux, nous parcourons les 1400 mètres de dénivelé qui donnent accès au Refuge des Conscrits. D’abord en forêt, puis à travers des pâturages d’un vert intense, le chemin aborde le glacier de Tréla-Tête, qui, chaque année ressemble un peu plus à un gros éboulis, avant de gravir quelques échelles verticales. Cette dernière étape semble devenir une marque de fabrique de toutes les cabanes de la région du Mont-Blanc : il ne reste pratiquement aucun accès aux glaciers qui n’emprunte pas un itinéraire en fer avant de poser le pied sur la glace. Quant à la sueur, nous l’avons voulue, c’est le prix à payer pour la solitude. Notre objectif : les Dômes de Miage qui culminent à 3669 m. Le lendemain matin, lorsque nous approchons les pentes neigeuses de l’Aiguille de la Berangère, les Dômes de Miage se dressent devant nous : une arête étirée de près de 2 km de long, qui ne devient jamais ni trop raide ni trop acérée, mais qui relie une succession de petits et gros sommets. Une course parfaite pour se réhabituer à marcher avec des crampons et pour reprendre petit à petit son souffle qui a tendance à s’accélérer en raison de la faible densité de l’air. Après cinq heures d’arêtes, nous atteignons le Refuge Durier, qui constitue le point de départ du test d’aptitude des coureurs d’arête au Mont-Blanc : l’Aiguille de Bionnassay. Ce « petit » quatre mille haut de 4058 m fait bel et bien partie des grandes courses d’arête des Alpes, même si beaucoup la délaissent. La preuve visible de ce désintérêt est le Refuge Durier au pied de l’arête sud-ouest de la montagne : seules 12 personnes peuvent trouver abri sous cette minuscule baraque en tôle. Les premiers mètres de dénivelé à la lueur des frontales sont encore tranquilles. Mais l’envie de dormir s’évapore brutalement au contact d’un ressaut rocheux presque vertical : d’abord à gauche, puis par la droite avant de se hisser dans une cheminée particulièrement aérienne. Un bon coup d’adrénaline est garanti. Des doigts froids probablement aussi car l’Aiguille de Bionnassay se cache dans l’ombre du Mont-Blanc alors qu’ailleurs le soleil brille depuis longtemps. Émerveillés, nous regardons les premiers rayons de soleil qui viennent modeler les nuages en dessous de nous – une vue comme depuis un avion. Après ces derniers mètres en rocher, une création à couper le souffle se déroule devant nous : une gigantesque vague gelée forme l’arête jusqu’au point culminant de l’Aiguille de Bionnassay, puis se prolonge par le Dôme du Goûter jusqu’au Mont-Blanc. Nous évoluons exactement sur le sommet de cette ondulation blanche, comme un surfeur qui ne peut choisir qu’entre une chute vertigineuse de plus de 1000 mètres de la face nord ou une face sud à peine moins impressionnante. Si l’on s’encorde, le seul salut en cas de chute est de sauter à temps de l’autre côté. Parfois l’arête est si étroite que nous n’osons pas évoluer autrement qu’à califourchon. En cas de vent violent ou si la glace affleure, je n’aimerais vraiment pas être ici. UN PLAISIR INFERNAL Après l’Aiguille de Bionnassay, nous nous sentons assez en confiance pour attaquer quelques arêtes renommées du massif du Mont-Blanc. Néanmoins, il ne faudrait pas que leur exposition soit encore plus prononcée, ou que leur arête soit en glace. Mais en rocher, pourquoi pas ?! Pour ce genre de cas il existe une arête qui fait partie des plus célèbres des Alpes et dont la silhouette a de quoi faire rêver les auteurs de romans fantastiques : l’arête du Diable au Mont Blanc du Tacul. Bien que seulement coté V (selon l’échelle UIAA), ce classique a été sélectionné pour figurer dans l’ouvrage de Walter Pause sur les courses en rocher extrêmes (« Im extremen Fels »). La vue sur les cinq aiguilles de granite toutes plus hautes que 4000 mètres y est décrite ainsi : « Nous nous trouvons définitivement dans une oasis d’infractions… » Le rifugio Turino est le meilleur point de départ pour la traversée de ces aiguilles – une cabane qui, en matière de taille et de fréquentation, contraste considérablement après les refuges au glacier de Charpoua ou au pied de l’Aiguille de Bionnassay. GROUPE DU MONT BLANC : 11 QUATRE MILLE (SOMMETS PRINCIPAUX – SANS LES TOURS SUR L’ARÊTE) 645 KM 2 DE SURFACE 200 KM 2 DE GLACIER (PRESQUE UN TIERS) 2 MM D’ÉLEVATION ANNUELLE 16 INSPIRATION 02 / 2017 17

Français

Proposition de sorti 02.2018 - Freeride autour d’Airolo Neve polverosa nel sud !
Proposition de sorti 01.2018 - Recette glacée et verticale

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport