Views
1 year ago

Inspiration 03-2019

CHRONIQUE MRS CERVIN

CHRONIQUE MRS CERVIN SOUVENIRS DU CERVIN EN CHIFFRES 493 objets. Notamment : 21 ALBUMS DE SOUVENIRS DES VACANCES À ZERMATT 16 AIMANTS POUR RÉFRIGÉRATEUR 7 PAQUETS DIFFÉRENTS DE SERVIETTES EN PAPIER DE ZERMATT 2 POTS À LAIT DIFFÉRENTS (20 CM DE HAUT) 1 CLOCHE DE VACHE direction de la Hörnlihütte, mais le chemin est devenu trop difficile pour leurs chevilles meurties. La randonnée s’est terminée à l’arrivée du téléski Hirli (2775 m) : « Je n’ai jamais pu approcher le Cervin de plus près. » Pourquoi cette passion pour le Cervin? « J’étais fascinée par sa forme unique », raconte Maria. En même temps, un sentiment indicible est né – une sorte d’« attachement ». Ce sentiment a certainement un lien avec son voyage de noces en Égypte, en 1960 : « À Zermatt, j’ai remarqué que le Cervin était pour moi comme une pyramide. » Du côté de Zmutt, la montagne lui évoque toujours le Sphinx de Gizeh. Après ce coup de foudre, Maria est retournée à Zermatt en 1994, où elle a séjourné dix jours à l’Hotel Bella Vista. « Ça a été une expérience magnifique. Randonner tous les jours en montagne, avec le Cervin constamment en vue. » 19 autres séjours ont suivi, toujours durant la saison d’hiver, à l’exception de juillet 2015, lors de la célébration des 150 ans de la première ascension du Cervin. Maria devait être de la partie. Son timbre du Cervin, qu’elle a fait fabriquer par la poste néerlandaise à l’occasion de cet anniversaire, est exposé au musée du Cervin Zermatlantis. Quelques trouvailles particulières du musée, dont le timbre de Maria, peuvent être actuellement admirées à l’exposition « Der Berg ruft » au Gazomètre d’Oberhausen, dans la région de la Ruhr. LA MAISON HOLLANDAISE DU CERVIN Maria crée un scrapbook de toutes ses vacances à proximité du Cervin. Rien que les volumes consacrés à Zermatt remplissent une étagère. De son premier séjour à Zermatt elle a ramené une boîte en fer blanc portant des illustrations du Cervin et remplie de chocolat suisse. « Le chocolat a rapidement été mangé, mais c’est là que la collection a commencé. » Elle a d’abord fait agrandir quelques photos pour décorer les murs de sa maison. Cela a plu aux membres de sa famille. À tel point qu’ils l’aident depuis lors à enrichir sa collection. C’est d’ailleurs assez pratique lorsque l’on veut offrir quelque chose à Maria : en cas d’hésitation, un objet en rapport avec le Cervin. Plat sur du papier ou du plastique, pointu en verre ou en plâtre. À regarder ou à toucher, à lire ou à écouter. À coller ou à enfiler, pour écrire ou se moucher. Tout simplement tout et partout. Et pour cause : le Cervin se retrouve partout. Le fleuron de Zermatt transparaît même dans les avis de décès. J’ai découvert l’existence de Maria Mercx le 11 décembre 2018, lors de la Journée internationale de la montagne. À la station de radio SRF 1, j’ai entendu un Josef Mercx PHOTOS : ARCHIVE MARIA MERCX de Baden raconter que sa sœur de Hollande collectionnait tous les objets en rapport avec le Cervin et avait baptisé son foyer « maison Horu ». En tant qu’auteur du livre « Matterhorn – Berg der Berge », cela a immédiatement éveillé ma curiosité. Je alors contacté cette dame via la radio et son frère. À Noël déjà, elle m’a écrit une lettre et envoyé le dernier exemplaire de son timbre du Cervin – pour ma collection. Dans sa lettre, elle me disait qu’elle passerait une semaine à Zermatt début avril. Si j’y étais, elle m’inviterait volontiers pour un café ou un verre de vin. Nous nous sommes rencontrés pour le dîner. Le 6 décembre 2019, Maria Mercx fêtera son 83e anniversaire. Je lui offrirai un Cervin qu’elle ne possède – je l’espère – pas encore. Il lui reste en tous les cas un peu de place pour des souvenirs du Cervin. Elle a rangé ses livres sur l’Égypte et ses anciens fossiles au grenier. Face à l’obélisque rocheux de Zermatt, ni les pyramides de Gizeh ni les témoins fossilisés d’organismes morts ne peuvent rivaliser. Et ce même si le Cervin a l’impertinence de ne pas se montrer. UN ÉTÉ AVEC LES DAMES DU CERVIN Dans le cadre du théâtre de plein air de Zermatt, la pièce « Matterhorn: No Ladies please! » de Livia Anne Richard sera jouée cet été sur le Riffelberg. Lucy Walker en est l’un des personnages principaux. En 1871, soit six ans après la première ascension, cette Anglaise de 34 ans veut être la première femme à atteindre le sommet du Cervin. Quatre ans plus tôt, Félicité Carrel y était presque parvenue. Elle avait malheureusement dû rebrousser chemin à 4300 mètres, car des vents violents au sommet ont eu raison de ses jupes. Lucy, quant à elle, n’a pas eu à se battre contre des vêtements inadaptés, mais contre la volonté de ses parents, les lois de sa position et les préjugés sexistes. Ainsi que contre sa concurrente en matière de premières ascensions par les femmes: l’Américaine Meta Brevoort. Lorsque le guide préféré de Lucy, Melchior Anderegg, a eu vent de ses projets, il s’est précipité à Zermatt pour que sa cliente la plus fidèle soit la « First Lady on top of the Matterhorn ». Cette troisième édition du théâtre en plein air de Zermatt promet des moments passionnants et – espérons-le – de belles vues sur le Cervin au soleil couchant. Dates des représentations: du 11 juillet au 1 er septembre 2019. Informations complémentaires sur : freilichtspiele-zermatt.ch La pièce de théâtre sera accompagnée de l’exposition « Matterhorn Ladies » du Musée Alpin Suisse. L’histoire des 14 premières dames sur le Cervin, originaires de Suisse, d’Italie, d’Angleterre, de Belgique, de France, des USA et du Japon, sera racontée sur le Gornergrat. Par exemple le voyage de noces sur le Cervin de Maud Wundt-Walters à l’été 1894, le vol en wingsuit depuis le sommet par la Suissesse Géraldine Fasnacht en juin 2014 ou la première All-Female-Ascent le 13 août 1932 par la Française Alice Damesme et l’Américaine Miriam O’Brien. « Matterhorn Ladies », Gornergrat, du 29 juin au 27 octobre 2019 ; alpines-museum.ch Quatre autres femmes, Sue Hirschi, Steffi Hunziker, Anne-Sophie Thilo et Judith Wernli, veulent gravir le Cervin pour la première fois le 19 juillet 2019. Elles documentent leur phase de préparation et leur ascension sur différents médias sociaux. L’événement peut être suivi sur : zermatt.ch/ladiesplease 44 INSPIRATION 03 / 2019 45

Français

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport