Views
3 years ago

Inspiration 04/2015 fr

  • Text
  • Montagne
  • Glace
  • Festival
  • Chaussure
  • Samuel
  • Pied
  • Voies
  • Chaussures
  • Toujours
  • Neige

Une journée au bureau

Une journée au bureau commence souvent par une rando. « Politique d’entreprise » – chez Black Diamond les collaborateurs sont aussi des testeurs et des athlètes. CONTRÔLE DU PARTENAIRE toujours eu le logo « Diamond C ». De plus, dans de nombreux pays c’est le symbole des pistes de ski pour ‘experts’ et c’est un minéral extrêmement rare. Mais le diamant noir est avant tout très dur, il n’est pas aisé de le limer. Il est résistant. Il ne capitule jamais, même sous la pression la plus forte – et c’est exactement l’exigence que nous avions envers nous-mêmes et nos produits. » Après une brève pause il ajoute avec un sourire au coin des lèvres : « Et l’association avec un mouton noir nous plaisait bien. Nous étions des marginaux peu orthodoxes, des James Dean, des ‘bad boys’ ». L’équipe Black Diamond : des fanatiques de sports de montagne qui ne se laissent rien dicter. Portés par l’esprit « rien n’est impossible », les exigences sont élevées : leurs produits doivent révolutionner le marché. Ils doivent être les meilleurs, les plus sûrs, et les plus confortables ! Si l’on demande à Peter de citer un produit dont il est particulièrement fier, après une courte réflexion, il hoche la tête. « Sais-tu de quoi je suis fier ? Que nous ayons dès le début eu l’exigence de repenser fondamentalement chaque catégorie. Et que nous ayons persévéré pendant des décennies. Nous avons réinventé la broche à glace, créé un nouveau standard avec nos coinceurs à cames, développé le baudrier laminé tout comme les piolets à glace ergonomiques ou encore le mécanisme de fermeture des bâtons télescopiques. Ou encore le doigt à fil sur les mousquetons. Ou la lampe LED. Ou le JetForce. » Il s’interrompt, relève la tête comme s’il voulait dire : « Il m’est impossible de choisir un favori ». « Et, relance-t-il, nos portaledges ! Je suis actuellement à nouveau très satisfait de nos modèles ». Il raconte comment les images des activistes de Greenpeace qui tentent d’empêcher un brise-glace de partir pour l’Alaska depuis Portland, ont fait le tour du monde. Ce bateau devait libérer la voie pour des forages de pétrole dans l’Arctique. Les photos montrent les protestataires dans leur action d’escalade avec des portaledges de Black Diamond… Phénix sort des cendres Au sein de l’équipe BD un caractère combatif était également nécessaire, surtout à ses débuts. « Dans les années 80, une nouvelle législation est entrée en vigueur aux États- Unis. Tout un chacun pouvait faire l’objet d’une poursuite : l’État, si l’on se blessait sur son territoire, ou le fabricant, s’il n’a pas suffisamment mis les utilisateurs en garde sur l’utilisation d’un produit. C’était de la folie. Et dangereux. Et nous, en tant que marque, risquions d’être coulés par une vague de plaintes. Et en tant que sportifs nous risquions de perdre notre terrain de jeu. Des sites d’escalade furent fermés et le ski en dehors du domaine sécurisé fut amendable de 500 dollars et d’une nuit en prison. Encore une fois : de la folie ! » 44

La base – le « département hardware » d’Yvon Chouinard. Baisser les bras ne fut pas une option. Plus la pression augmentait, plus ils étaient intransigeants – tel le diamant noir, tel le grimpeur. L’équipe s’est battue, a initié l’association Outdoor Industry Association et finalement c’est un lobby fort en faveur des sports outdoor qui est sorti de la crise. Et l’entreprise au bord de la faillite devint un des fabricants les plus importants de matériel de montagne. Terrain d’essai devant la porte L’époque de la fondation – la « famille » Black Diamond. Avec la fondation de Black Diamond, Peter a rapidement migré l’emplacement californien vers Salt Lake City au pied des Wasatch Mountains. L’équipe pouvait s’adonner à sa passion pour le sport au cœur des montagnes – et ils avaient un terrain d’essai professionnel parfaitement adapté. « Notre mantra est le suivant : being one with the sport we serve. Et ceci n’est possible qu’en habitant et en travaillant à proximité des montagnes. » Le sport signifie bien plus que le défi physique pour Peter. « L’escalade est pour moi une approche globale. Il y a le côté physique, mais aussi le sentiment communautaire et la confiance absolue au sein d’une cordée. Et tout cela ne serait rien sans la nature. Nous avons le devoir de tout préserver. » Pour aller dans ce sens, Peter n’hésite pas à affronter l’État. Comme lorsque l’Utah projette de nouveaux forages de pétrole et de gaz qui menacent un paysage unique… Peter passe à l’offensive à la manière BD : irréductible et persévérant. Il menace de quitter Salt Lake City avec son entreprise et de délocaliser la Outdoor Retailer Show dans un autre état. C’est lui qui avait jadis amené la plus grande foire outdoor nord-américaine du Nevada à Salt Lake City. Du moins à l’échelle locale, ses interventions portent leurs fruits et BD, avec ses 350 collaborateurs, est plus que jamais ancré dans les Wasatch Mountains. Encore aujourd’hui, Peter se rend deux fois Le testeur le plus critique : soi-même. Bataille du matos. CEO Peter Metcalf au Mount Hunter. Le grimpeurvagabond Peter on the road. CONTRÔLE DU PARTENAIRE Made in USA – site de production dans l’Utah. 45

Français

Proposition de sorti 02.2018 - Freeride autour d’Airolo Neve polverosa nel sud !
Proposition de sorti 01.2018 - Recette glacée et verticale

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport