Views
1 year ago

Inspiration 1/2018 fr

  • Text
  • Montagne
  • Trois
  • Inspiration
  • Toujours
  • Sommet
  • Chaussons
  • Poids
  • Fibres
  • Ainsi
  • Prix

BON PLAN PARC

BON PLAN PARC GÉOLOGIQUE SARDONA faites de magma remonté à la surface de la terre qui s’était refroidi en formant des plis telle une pomme qui vieillit. Ce n’est qu’avec les conclusions faites ici dans les Alpes glaronaises que l’image du monde changea. Le parc géologique Sardona est donc en quelque sorte une cellule primitive pour l’image moderne de la formation des Alpes. Buckingham nous conte la « collision » des continents comme un polar où des paquets de roche épais de plusieurs kilomètres se chevauchèrent par-dessus et par-dessous, s’empilèrent, s’entassèrent, s’emboîtèrent. Le profane parle de « plissement des Alpes ». Ce n’est pas correct. « Le relief des Alpes s’est formé par chevauchement et non par plissement », souligne Buckingham. Dans son élément : le GeoGuide Thomas Buckingham explique le secret du chevauchement principal de Glaris. Là où les continents ont dérivé, se sont formés des océans. La région du parc géologique entre le Rhin, le Walensee et la Linth forma autrefois la côte nord de la Tethy, un paléo-océan, qui sépara l’Afrique de l’Eurasie il y a environ 200 à 35 millions d’années. Buckingham pointe du doigt les formes arrondies du terrain de l’alpage de Sardona : conséquences d’avalanches d’argile, de sable et de boue. Le soir à la Sardonahütte, Buckingham sort des croquis faits maison de son sac à dos. En dépit de cinq ans d’étude en géologie, il affirme n’avoir vraiment compris les processus de formation qu’en les dessinant. DES ÉBOULIS ET DES FLEURS La Sardonahütte trône sur un petit podium bien au-dessus du Calfeisental. Des chutes d’eau tombent dans les profondeurs, le soleil de l’aube fait briller les torrents comme des artères argentées. La gardienne de cabane Hélène Jäger nous déconseille l’itinéraire prévu qui passe par le Sardonagletscher. De la glace vive bien trop raide, il faudrait des crampons. Pas de souci, Buckingham connaît un contournement sans glace pour atteindre le Segnasboden. Un gypaète accompagne le groupe. Avec une aisance incroyable, cet énorme rapace plane dans les airs et profite habilement des thermiques alors que la transpiration coule à flot chez les randonneurs. Le sentier pour la Trinser Furgga est exigeant et n’est finalement qu’une étroite sente serpentant dans des vires rocheuses et de la caillasse instable. Au-delà du col une vallée sauvage s’ouvre à nos pieds et nos regards la suivent pour glisser vers le Flimserstein. Il s’agit d’une roche multicolore avec des tapis de fleurs aux couleurs vives – un paysage presque irréel. La vibration de nos pas effarouche une famille de lagopèdes. Excités, les poussins partent dans tous les sens, suivis de leur mère. Au-delà de la Fuorcla Raschaglius, d’innombrables anciens et nouveaux méandres façonnent sans cesse le haut plateau du Segnasboden. Petite pause au bistrot de Tschinglen. L’intérêt majeur du lieu est le chevauchement principal de Glaris, qui a valu au haut lieu tectonique suisse Sardona son inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Nette, cette ligne s’étire sur les sommets aux alentours du Piz Dolf, Piz Sardona et Piz Segnas jusqu’aux Tschingelhörner autour desquels le parc géologique s’est développé. Au-dessus de la ligne se trouve en première couche du verrucano datant de 250 à 300 millions d’années, explique Buckingham, en dessous de la ligne de la roche bien plus jeune : du flysch vieux de 35 à 50 millions d’années. La ligne elle-même est constituée de calcaire de Lochsite qui servit de lubrificateur lors du chevauchement des couches. Hans Conrad Escher von der Lith a dû ressentir les choses comme Thomas Buckingham. Cet érudit polyvalent dessina en 1812 le phénomène aux Tschingelhörner afin de mieux le comprendre. Par la suite, c’est son fils Arnold Escher, professeur de géologie à Zurich, qui arriva à la conclusion d’un « chevauchement colossal ». Avec les connaissances de l’époque, personne ne l’aurait cru. Ce dernier inventa alors « Comment une roche plus récente peut se retrouver en dessous d’une roche plus ancienne ? Une énigme qui a occupé les géologues pendant presque un siècle. » 12 INSPIRATION 01 / 2018 13

Français

Proposition de sorti 01.2018 - Recette glacée et verticale
Proposition de sorti 02.2018 - Freeride autour d’Airolo Neve polverosa nel sud !

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport