Views
1 year ago

Inspiration 2/2018 fr

  • Text
  • Montagne
  • Corde
  • Poids
  • Inspiration
  • Voies
  • Rocher
  • Lorsque
  • Grimper
  • Bloc
  • Beaucoup

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT Les jours s’allongent, les températures montent, de nombreux grimpeurs quittent les jardins d’escalade pour aborder des voies de plusieurs longueurs en altitude comme au Rätikon, à la Furka, au Sanetsch ou au Tessin. Avant de commencer la saison, un petit examen s’impose : préparation, matériel, communication. Petite vue d’ensemble. TEXTE ALEXANDRA SCHWEIKART La météo est bonne, l’objectif est choisi et son compagnon de cordée a aussi un peu de temps ! De nombreux amateurs d’escalade alpine ont déjà établi une liste de voies qu’ils aimeraient faire et qui ne demande qu’à être réalisée. Il ne reste plus qu’à dépoussiérer le matériel et l’aventure peut commencer. Comme souvent, une préparation soigneuse évite les surprises désagréables. Il vaut donc la peine d’imprimer ou photographier le topo et de reconnaître l’accès la veille au soir si l’on pense partir alors qu’il fait encore sombre. Certaines voies sont très fréquentées. Il est donc judicieux de prévoir un plan B dans la région – au cas où d’autres cordées sont déjà engagées dans la voie prévue. RELAIS EN SILENCE Les cordées expérimentées se comprennent les yeux fermés, les commandes au moyen de la corde sont claires et les situations stressantes sont très rares. En terrain alpin, les longueurs peuvent faire 40 mètres et plus. La communication verbale est difficile, même parfois impossible. Utiliser la corde pour communiquer est une aide précieuse. Astuce d’expert : lorsque celui qui grimpe en tête tire d’un coup deux mètres de corde, la laisse redescendre et répète l’opération deux fois de plus, cela signifie qu’il est au relais et auto-assuré. Toutes les autres étapes se déroulent sans nécessiter de communication 30

EXPERT ESCALADE ALPINE Nœud de Prusik avec une cordelette de 5-7mm Nœud de Machard avec une sangle particulière : la corde est tirée vers le haut et après un petit laps de temps, le second de cordée se met à grimper dès que la corde est tendue fermement. Sans ces conventions, on risque de perdre beaucoup de temps et de s’égosiller inutilement en criant. COMMANDES INTERNATIONALES Premier de cordée : « relais » (angl. « Off Belay ») lorsque le premier de cordée s’est assuré au relais Second : « corde libre » (angl. « Off Belay ») lorsque la corde peut être tirée par le premier Second : « bout de corde » (angl. «That‘s me») lorsque la corde du second est tendue Premier : « quand tu veux » (angl. «On belay») lorsque le second est assuré et peut commencer à grimper. Second: « Départ » (angl. „climbing“), lorsque le second commence á grimper RELAIS ORDRÉ L’ordre permet l’efficacité. C’est particulièrement vrai au relais ! Si les cordes sont complétement emmêlées, on arrive rapidement à un véritable chaos et à une perte de temps. Astuce d’expert pour éviter la « salade » : celui qui assure depuis le haut ravale la corde et la dépose en formant des boucles alternativement à gauche et à droite de sa jambe. Les premières boucles sont les plus longues et deviennent de plus en plus petites. Ainsi les petites boucles sont en haut et peuvent facilement être déroulées pour donner de la corde au prochain grimpeur en tête. RAPPEL Le rappel ne doit se faire que sur des points fixes absolument fiables : deux spits reliés entre eux, un arbre solide ou une lunule solide. Un des brins est passé dans l’anneau puis les deux brins sont noués ensemble par un nœud simple (laisser un excès de corde d’au moins 30 centimètres). Former des anneaux de corde avec chaque brin de corde séparément et faire un nœud à l’extrémité de chaque brin, pour exclure de dépasser le bout de corde en descendant. Après avoir annoncé clairement « attention corde », jeter les cordes dans le vide par un mouvement ample. Un nœud de blocage (Prusik) avec une cordelette ou (si on n’en a pas) avec une sangle enserre les cordes pour une sécurité supplémentaire. RAPPELER LA CORDE Au moment de la descente en rappel, le jour est déjà bien avancé et l’attention diminue. Puisque les cordes en haut sont nouées ensemble il n’est possible d’en tirer qu’une seule depuis le bas. Des cordes à double de couleurs différentes et une bonne mémoire sont utiles. Astuce d’expert : avant de descendre en rappel du relais supérieur, on observera attentivement les cordes et on placera celle que l’on doit tirer dans l’ouverture DROITE de son dispositif d’assurage. Ainsi, même après 60 mètres de rappel, on se rappellera quelle corde tirer. S’il n’est pas possible de tirer les cordes, par exemple parce que le scotch de marquage à l’extrémité de la corde reste coincé dans l’anneau de rappel, agiter la corde en faisant de grands mouvements de vague ou en la faisant tournoyer jusqu’à ce que les ondulations arrivent en haut et libèrent la corde. 31

Français

Proposition de sorti 01.2018 - Recette glacée et verticale
Proposition de sorti 02.2018 - Freeride autour d’Airolo Neve polverosa nel sud !

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport