Views
3 years ago

Inspiration 3/2017 fr

  • Text
  • Montagne
  • Fromage
  • Lorsque
  • Poids
  • Inspiration
  • Faire
  • Sommet
  • Prix
  • Prana
  • Toujours

C O N T R Ô L E D U P A

C O N T R Ô L E D U P A R T E N A I R E P R A N A 32

CONTRÔLE DU PARTENAIRE PRANA DONNER PLUS QUE PRENDRE Le mot «prAna» signifie souffle vital en hindou. C’est sans aucun doute la philosophie que suit la sympathique marque de vêtements californienne du même nom : née il y a 25 ans dans un garage de la ville de surfeurs Carlsbad, elle enthousiasme aujourd’hui encore nombre de grimpeurs, yogis et aventuriers grâce à des coupes confortables et un look tendance. Elle fait en outre figure de référence en matière de développement durable. Les fondateurs de prAna, Pam et Beaver Theodosakis sont habiles pour concevoir des habits dans l’air du temps. TEXTE MIRJAM MILAD PHOTOS MÀD C arlsbad, Californie, au début des années 1990. Pam et Beaver Theodosakis sont des grimpeurs et yogis passionnés. Or, ils ne sont pas comblés par les vêtements de sports techniques étroits que l’on trouve sur le marché de l’escalade. Ils décident donc de concevoir leur propres pantalons et t-shirts dans un garage. Ils coupent eux-mêmes les premiers vêtements, les dotent d’étiquettes faites à la main sur du papier recyclé et les envoient dans des caisses de fruits usagées. Ils nomment leur marque « prAna ». Ce terme, qui signifie souffle vital en sanskrit, est fortement ancré dans la philosophie yoga. LIEN AVEC LA SUISSE Deux ans plus tard, les vêtements de la marque sont vendus dans neuf magasins spécialisés aux USA. Par le plus grand des hasards, la Suisse devient le premier marché d’exportation. Un ami commun établit le contact entre Beaver et le grimpeur suisse Michi Wyser, qui a le chic pour dégoter des marques fascinantes avec son entreprise outdoor Gecko Supply. Ils conviennent d’un rendez-vous au salon ISPO à Munich. La veille, Michi passe la nuit chez le grimpeur munichois Toni Lamprecht, où l’attend une fête punk-rock sauvage. Il raconte à ce propos : « J’ai quand même fini par aller me coucher, car j’avais un rendez-vous important le lendemain. Le lendemain matin, alors que j’allais sortir de l’appartement, Toni se réveille et décide au dernier moment de INSPIRATION 03 / 2017 33

Français

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport