Views
1 year ago

Inspiration 3/2018 fr

  • Text
  • Montagne
  • Poisson
  • Inserts
  • Inspiration
  • Suisse
  • Chaussure
  • Fixations
  • Parc
  • Skis
  • Duvet

BON PLAN ENGADINE Nous

BON PLAN ENGADINE Nous voici dans le plus ancien Parc National des Alpes, une parcelle de nature intacte au cœur de l’Engadine. Un trekking de quatre jours dans le Parc National est une très belle aventure, en particulier en automne, durant le rut du cerf. En route avec un garde du parc. TEXTE & PHOTOS IRIS KÜRSCHNER JUSTE À CÔTÉ DE LA ROUTE, LA NATURE SAUVAGE … Une plainte gutturale retentit dans la vallée, enfle puis s’affaiblit. Le bruit résonne de façon presque effrayante sur les sommets qui évoquent des montagnes du désert. Des coulées de boue aux teintes dorées dévalent des couloirs en direction de la vallée, où elles sont avalées par d’épaisses forêts. Domenic Godly vient souvent se ressourcer dans l’atmosphère unique du Parc National. Ce matin, il monte avec deux randonneurs de Zernez, en Engadine, au refuge de montagne Chamanna Cluozza. Tous trois se tiennent dans l’ombre d’imposants pins de montagne au-dessus de l’Ova da Cluozza et admirent le paysage aride. C’est l’automne et le brame du cerf en rut bat son plein. « Il y a une centaine d’années, le cerf élaphe avait presque disparu d’ici », raconte Domenic. Aujourd’hui, le Parc National en compte environ 2000. Le trekking de quatre jours que réalise le groupe offre d’innombrables opportunités de croiser des cerfs et bien d’autres animaux. La randonnée suit la route du col de l’Ofen, qui mène de Zernez au Val Müstair et continue vers le Tyrol du Sud. Elle divise le Parc National en une moitié nord et une moitié sud. Les deux premiers jours, la randonnée part de Zernez vers l’est, au sud de la route. Les deux dernières étapes se passent au nord de la route. UNE DÉCOUVERTE SENSATIONNELLE Pour commencer, le groupe monte à l’unique refuge de montagne du parc. Domenic avance à grandes enjambées. Lorsqu’il ne guide pas les visiteurs, il veille à ce que les règles du parc– qui emploie huit gardes – soient respectées. Il surveille en outre la population animale, se charge de la remise en état des sentiers, des ponts et des cabanes et soutient des projets de recherche. Ce sexagénaire tient une forme incroyable. Condition indispensable dans son métier, car il passe toutes ses jour- nées à l’extérieur, par tous les temps, sur les sentiers et à travers les champs. Un jour qu’il n’oubliera jamais, il a découvert des empreintes inhabituelles sur les rochers : des traces de dinosaures. Quelle découverte sensationnelle ! Il était monté sur l’arête du Spi da Tantermozza, où aucun randonneur ne s’était jamais aventuré. Le prosauropode y avait laissé de gigantesques empreintes de pied dans une couche rocheuse pendant la période du Trias. « Cela m’a rendu fébrile de trouver des traces vieilles de 220 millions d’années si bien conservées », raconte Domenic. Chacune des quatre griffes était précisément identifiable ; cette créature gigantesque, dotée d’un corps de cinq à huit mètres de long, aimait se déplacer sur deux pattes. En 1961 déjà, des géologues avaient découvert des traces de dinosaure sur une dalle rocheuse du Piz dal Diaval. Cet animal préhistorique évoluait jadis au bord d’un océan peu profond, dont les couches n’ont trouvé leur emplacement actuel que durant la formation des Alpes. LIEU DE NOSTALGIE On peut observer le territoire des dinosaures depuis la Chamanna Cluozza. À la balustrade, un garçon de 13 ans guette le gibier, cerfs, chevreuils et chamois, avec ses jumelles dans le crépuscule. Depuis huit ans, ses parents gèrent le refuge du Parc National, une ravissante maison en rondins. Marlies et Jürg Martig ont réalisé un rêve avec leur fils Tim : Jürg, à l’origine guide de montagne, désirait depuis longtemps devenir gardien de cabane, mais Marlies hésitait à cause des altitudes inhospitalières. Lorsque la famille est passée par hasard ici en 2009, elle a eu le coup de foudre. « Impossible de chuter et pas besoin d’affronter les glaciers ici », précise Marlies en souriant. Le refuge se situe à 1882 m, non loin de la route du col de l’Ofen et pourtant dans un endroit retranché du monde. C’est aux 12 INSPIRATION 03 / 2018 13

Français

Proposition de sorti 01.2018 - Recette glacée et verticale
Proposition de sorti 02.2018 - Freeride autour d’Airolo Neve polverosa nel sud !

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport