Views
4 months ago

Inspiration No. 03 - 2022

  • Text
  • Montagne
  • Matelas
  • Fibres
  • Laine
  • Ainsi
  • Marque
  • Radys
  • Trois
  • Sommet
  • Courses

Bon plan

Bon plan Trotzigplanggstock Trotzigplanggstock 2954 m Région Sur le versant nord de l’Urner Meiental, traversé par la route du Sustenpass, se dressent d’innombrables pics et sommets constitués de gneiss. On y trouve différentes voies de plusieurs longueurs dans des degrés de difficulté divers, certaines ont un équipement rapproché, d’autres sont plus alpines. Route Arête sud du Trotzigplanggstock 13 longueurs de corde jusqu’au 4c (4b obl.) Accès : 500 mètres de dénivelé depuis la Sustlihütte ou 850 mètres de dénivelé depuis la route du col Descente: par la face (T5 et passages en rappel) Camp de base Sustlihütte SAC (2257 m) Tél. +41 885 17 57, sustlihuette.ch ouverte en été de juin à octobre La Sewenhütte SAC (2148 m) se prête également pour d’autres sommets Tél. +41 885 18 72, sewenhuette.ch ouverte en été à partir de fin mai Voyage En train jusqu’à Göschenen (UR) ou Meiringen (BE) ou via Erstfeld jusqu’à Wassen (UR), puis en car postal jusqu’à l’arrêt « Meien, Sustenbrüggli ». Horaires sur cff.ch Cartes / topo Carte de randonnée swisstopo 1211 « Meiental », échelle 1: 25 000 Sandro von Känel «Schweiz Plaisir Ost», maison d’édition Filidor, édition 2015 (Remarque : le topo n'est pas inclus dans la nouvelle édition 2021.) Aujourd’hui, des balisages bien visibles signalent le chemin menant à l’attaque, comme ici au pied de la montée raide jusqu’à la brèche où commence l’escalade. il regarda autrefois vers le sud depuis le Wichelplanggstock, nous observons depuis le Trotzigplanggstock les tours de gneiss du « Wichel », qui se dressent juste devant nous au nord. Nous aimerions tant continuer de grimper ! Mais à l’instar de Henry et son collègue, nous manquons de temps. Bien sûr, l’enjeu n’est pas le même pour nous ; la première ascension ne risque pas de nous filer sous le nez : le même été – juste une année après l’exclusion des femmes du CAS – une demoiselle, Irene Krause, et un monsieur, Siegfried Behn, atteignirent le « sommet sans nom » par la face nord-ouest et l’arête nord avec les guides Hermann Hess et Maurus Hurschler. Cette nouvelle ne fit pas plaisir à certains messieurs du CAS. Ainsi, un certain Gustav Bossard de la section CAS Rossberg mentionna dans un texte portant sur le Wichelplanggstock : « La tête rocheuse rouge à droite de nous, encore impressionnante il y a peu, fait désormais pâle figure. Pour comble de malheur, ce sous-sommet a été baptisé Trotzigplanggstock par une dame. » Six ans plus tard, le même Gustav Bossard décrivit le fameux sommet, dans un autre article, comme une « tour rocheuse difficile ». Avait-il lui-même tenté de gravir le Trotzigplanggstock entre-temps ? Mais lorsqu’on se tient au sommet, le nez dans le vent et le regard plongé dans la mer de sommets uranais, on n’a pas de temps à perdre avec ces querelles d’un autre temps. Car tout est bien trop beau et trop sauvage pour se laisser aller à de telles pensées. On pourrait y rester des heures si la descente n’était pas au programme. Une descente par des gradins, des vires et des blocs que nous franchissons parfois en rappel, parfois en désescaladant ou encore en marchant. Les montagnes qui surplombent la Sustlihütte se méritent tout de même un peu. Car durant toutes ces années et toutes ces décennies, elles sont restées telles que Henry Ludescher les voyait : « Un massif insolite et attrayant qui a conservé son caractère primitif. » Dans des guides publiés plus tard, on peut lire qu’il est retourné plusieurs fois dans cette région en tant que grimpeur. Nous aussi, nous reviendrons pour escalader les magnifiques tours sauvages du Wichelplanggstock. Solide comme la roche Au cours des dernières années, l’escalade alpine a connu de nombreux progrès. Qu’il s’agisse de matériel de sécurité, de vêtements ou d’équipement : tout est plus léger, plus robuste, plus confortable et plus sûr. Trois exemples : Coque Protectrice Avec le lancement du Wall Rider Mips il y a quelques années, Mammut a été le premier fabricant à doter un casque d’escalade de la technologie MIPS : à l’intérieur du casque se trouve une seconde couche à faible friction qui permet un mouvement multidirectionnel de 10 à 15 millimètres en cas de choc latéral. Cette technologie réduit la force rotationnelle transmise à la tête et, par là même, le risque de lésions cérébrales. Ce casque de 225 grammes se compose d’un noyau amortissant en EPP ainsi que d’une coque rigide partielle sur l’avant et le haut de la tête. Un système de réglage rapide ainsi qu’rembourrage offrent un supplément de confort. Et si vous prévoyez de partir tôt – ou de finir tard : deux clips et une languette en caoutchouc permettent de fixer facilement une lampe frontale. WALL RIDER MIPS MAMMUT Poids : 225 g (taille M) CHF 179.– Trois pour un Au milieu des années 1970, l’entreprise familiale française Beal commence à développer des cordes d’escalade – devenant rapidement un leader mondial dans le domaine. La « Jocker » cause une petite révolution : c’est la première corde dynamique à obtenir la triple certification comme corde à simple, à double et jumelée. Cette classique aujourd’hui revisitée, la Joker Golden Dry Unicore, 9,1 mm de diamètre, s’adapte aussi bien à la grimpe extrême qu’aux courses d’arête ou sur glacier. La technologie Unicore, qui relie de façon durable la gaine et l’âme, rend la corde plus robuste. Le traitement Golden-Dry, qui consiste à imprégner chaque fil de la gaine et l’âme avec un composé hydrophobe, la protège de l’abrasion et des salissures. JOKER GD UNICORN 9.1 BEAL Poids : 52 g/m, CHF 225.– (50 m) « Diversité alpine : les courses d’arêtes sont très plaisantes et offrent un panorama impressionnant. » Patrik Herrmann Directeur adjoint Pfäffikon SZ Simple et pratique Pour le sac à dos d’escalade Trad Zero 24, Ortovox a souhaité un design extrêmement sobre. Ce sac à dos se distingue par son apparence minimaliste qui lui permet de passer sans problème dans les cheminées et les dièdres étroits. Malgré sa sobriété, il comporte toutes les fonctionnalités nécessaires : fixation pour la corde, porte-piolet, compatibilité avec les systèmes d’hydratation, poche pour la carte, sangles de compression et daisy chains sur l’avant. Il offre assurément tout ce que le grimpeur peut désirer. Sa construction modulaire est également pratique : la ceinture et la plaque dorsale peuvent être retirées pour réduire son poids à moins d’une livre. Ce sac qui se charge par le haut se compose de polyamide Ripstop robuste 420D et son rabat est revêtu de silicone. ORTOVOX TRAD ZERO 24 Poids : 570 g (min. 490 g) CHF 109.– 40 41

Français

NEWSLETTER
SOCIAL MEDIA


#baechlibergsport